Une deuxième vie pour nos objets perdus


Me revoilà pour vous compter la suite, l'épisode 2, de ma fiction inspirante.

Dans ma société future imaginaire, les survivants s'organisaient de mieux en mieux au fur et à mesure que le temps passait. Bon nombre d'entre eux étaient orphelins et s'étaient rassemblés pour mieux survivre quand ils n'avaient pas eu la chance d'être accueillis par d'autres familles. Ils ne leur restaient presque plus rien de leurs parents la plupart du temps, et le peu d'objets sauvés devinrent des trésors chers à leur coeur. Ils représentaient le seul lien qui leur restait avec leurs parents et la société de cette époque révolue, comme pour le petit Elys et la montre brisée de son père qu'il avait gardée.


Adopté par une famille, Elys avait eu la chance de retrouver un foyer. Elura, sa mère adoptive faisait partie de ces esprits créatifs aux mains agiles, qui s'évertuaient à rendre ce nouveau monde plus beau.

Consciente de l'importance de cette montre pour Elys, mais incapable de la réparer, elle avait récupéré ses mécanismes pour créer un collier, qu'Elys pourrait gardé en souvenir. Il le portait toujours sur lui fièrement, tant et si bien que beaucoup d'autres voulurent aussi qu'on leur fabrique un bijou semblable et allèrent trouver Elura.


Malheureusement, pour ceux qui ne ramenaient pas leur propre montre ou horloge brisée, Elura n'avait pas de quoi recréer des bijoux. Ils s'organisèrent donc pour aller explorer les maisons détruites et en ramener toutes sortes de vieux cadrans cassés, stoppés net depuis le cataclysme, ainsi que toutes sortes de petits objets qu'ils trouvaient jolis et amusants, sans parfois même savoir à quel usage ils étaient autrefois réservés.


Une fois tout ce matériel réunit pour travailler, Elura se mit à créer de nouveaux bijoux uniques, donnant ainsi une seconde vie à ses objets désuets; la collection Urban Fossil était née ! Sa première ligne de bijoux dans cette collection ; Chronos, fut accueillie comme une allégorie du temps qui passe, qu'on aurait réussi à stopper en coulant les mécanismes de montre dans le béton, ou encore comme le symbole de la survivance à la "fin des temps". Chacun pouvait y voir son propre symbole, selon son propre rapport au temps, et portait sa bague, son collier ou ses boucles d'oreilles, uniquement créé pour lui...